Page Principale Position de l'Eglise Catholique Position de l'Eglise Orthodoxe Demandes fréquentes Eléments Négatifs Qui est Vassula?

Un site critique sur Vassula Rydén et la Vraie Vie en Dieu

Les irrégularités du nihil obstat et imprimatur accordés aux messages de la Vraie Vie en Dieu de Vassula

Une démystification de l'article du Père Iannuzzi 

spagnolo.gif (873 bytes)      inglese.gif (956 bytes)     italia.gif (1061 bytes)

En 2006, Vassula publia une nouvelle édition en anglais de ses messages de la Vraie Vie en Dieu en un seul volume, avec un nihil obstat et imprimatur donnés par deux évêques bien connus pour le soutien qu'ils lui apportent depuis de nombreuses années (1), et ceci en dépit de la Notification vaticane, qui affirme que ces écrits contiennent des erreurs doctrinales (2).

Pendant ce temps, les associations locales de la Vraie Vie en Dieu avaient envoyé de la documentation aux diocèses du monde entier, laissant entendre que la Notification n'était plus valable.  A cause de la confusion causée par ces documents, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) décida d'intervenir en 2007 avec l'envoi d'une lettre circulaire à toutes les Conférences Episcopales, dans laquelle le jugement doctrinal négatif de la Notification est confirmé. En outre, la lettre déclare que les messages ne sont pas des révélations divines et déconseille la participation des fidèles aux groupes de prière de Vassula (3). Depuis, les évêques de divers pays ont régulièrement informé les fidèles sur la position de la CDF et ont annulé des réunions de la Vraie Vie en Dieu dans leurs diocèses (4).

Récemment, le Père Joseph Iannuzzi, qui soutient Vassula depuis de nombreuses années, a écrit un long article dans lequel il affirme que le nihil obstat et l'imprimatur donnés aux livres de Vassula constituent un "exercice du Magistère" et par conséquent "il est interdit aux chrétiens de s'ériger en juge et de les condamner publiquement." (5)

Il s'agit d'un article habilement écrit, suivi par trois pages de références, et qui peut impressionner le lecteur non averti. Le but est de promouvoir Vassula et rassurer ses fidèles. Cependant, un examen critique de la question découvre une série d'irrégularités, qui mettent à mal les conclusions de l'article.

 

Problèmes avec le nihil obstat et l'imprimatur donnés à la Vraie Vie en Dieu

1.     Le nihil obstat et l'imprimatur sont en contradiction avec les constantes déclarations publiques de la CDF, affirmant la présence d'erreurs doctrinales dans les écrits de Vassula.

Pour un évêque, ceci aurait dû être suffisant pour s'abstenir d'accorder un imprimatur.

 

2.      Le nihil obstat et l'imprimatur ne furent pas accordés suivant les dispositions du Code de droit canonique.

Selon le canon 824 §1 l'Ordinaire (=évêque) auquel il faut demander l'autorisation ou l'approbation pour éditer des livres, est le propre Ordinaire du lieu de l'auteur ou l'Ordinaire du lieu où les livres seront édités. Vassula n'a jamais résidé aux Philippines et le volume unique des messages n'a pas été non plus édité dans ce pays. C'est cependant un évêque philippin (Mgr Argüelles de Lipa) qui lui a accordé l'imprimatur.

 

Le canon 830 §2 met en garde le censeur, qui doit éviter tout  favoritisme et considérer uniquement la doctrine de l'Eglise telle qu'elle est présentée par le Magistère. Ce canon fut ouvertement ignoré. Non seulement la CDF avait déjà déclaré que les écrits contenaient des erreurs doctrinales, mais même le censeur fut personnellement choisi par Vassula parmi ses supporters (6). En effet, Mgr Toppo (Jamshedpur, Inde) est un habitué des pèlerinages de la Vraie Vie en Dieu et a déclaré publiquement de croire à l'origine surnaturelle des messages (7).

 

Mgr Toppo a reconnu dans un entretien, qu'avant de donner le nihil obstat aux livres de Vassula, il avait consulté un fameux expert de droit canonique qui lui avait clairement dit qu'il ne pouvait pas le faire (6). C'est aussi dans cet entretien que Mgr Toppo a révélé que Vassula lui avait personnellement demandé d'accorder le nihil obstat à ses livres.

 

Par conséquent, les livres de la Vraie Vie en Dieu n'ont pas été examinés par le censeur officiel et indépendant du diocèse de Mgr Argüelles, mais par un partisan de Vassula, dont le jugement positif était assuré.

 

Tout ceci contourne la raison d'être des dispositions du droit canonique, dont le but est de garantir un examen objectif des écrits. Malheureusement, ce n'est pas le seul cas d'un auteur qui demande un nihil obstat ou un imprimatur à un évêque sympathisant  (8).

 

3.      Le nihil obstat et l'imprimatur ne sont pas un jugement sur l'authenticité d'une révélation privée

L'imprimatur est une déclaration technique, qui certifie qu'un certain livre a été révisé par un censeur et ne contient pas d'erreurs doctrinales. Cela ne signifie pas que l'évêque qui l'a accordé soit obligatoirement d'accord avec ses contenus. Même dans le cas d'un imprimatur valable, n'importe qui peut être en désaccord avec les opinions et les conclusions de l'auteur (9).  

L'imprimatur n'est pas non plus un instrument pour reconnaître l'authenticité d'une révélation privée. Seul l'évêque local ou la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ont l'autorité pour examiner ces cas. Comme expliqué ci-dessus, Mgr Argüelles n'est pas l'Ordinaire de Vassula, et la CDF a confirmé en 2007 que les messages contiennent des erreurs doctrinales et ne doivent pas être considérés comme des révélations divines.   

Les autorités grecques orthodoxes sont arrivées à une conclusion similaire (n'oublions pas que Vassula se déclare grecque orthodoxe). En 2001, le Saint Synode de l'Eglise de Grèce se prononça contre ses écrits (10) et en 2011 le Patriarcat Oecuménique de Constantinople déclara que ses enseignements déviaient de la doctrine orthodoxe et étaient inacceptables (11). L'imprimatur de Mgr Argüelles est donc problématique aussi d'un point de vue oecuménique.

 

 

En conclusion

Il y a donc suffisamment d'éléments pour remettre en question la validité du nihil obstat et imprimatur accordés aux messages de Vassula: l'examen ne fut pas objectif, il ne respecta pas les dispositions du droit canonique et le jugement doctrinal de la CDF fut ignoré. Le résultat est une évidente absence de "communion" avec l'Eglise, afin de favoriser Vassula.

Alors, pourquoi l'imprimatur n'a pas été annulé par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi? Peut-être que la question fut considérée résolue avec la lettre circulaire de la CDF envoyée en 2007 à toutes les Conférences épiscopales du monde entier, confirmant que les écrits de Vassula contiennent des erreurs doctrinales. Cette confirmation est plus que suffisante pour qu'un évêque attentif ne reconnaisse pas la validité d'un imprimatur donné à ces écrits.

 

Références

(1) Est-ce que les messages de la Vraie Vie en Dieu ont reçu le nihil obstat et imprimatur? Maria Laura PIO, juillet 2008, http://www.pseudomystica.info/tlignihilobstat_fr.htm

(2) Notification, Joseph Card. RATZINGER et Tarcisio BERTONE, Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 6 octobre 1995, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19951006_ryden_fr.html

(3) Lettre circulaire aux Présidents des Conférences Episcopales à propos des écrits et de l'activité de Mme Vassula Rydén, William Cardinal LEVADA, Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 25 janvier 2007, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20070125_vassula-ryden_fr.html

(4) Théologiens et évêques mettent en garde contre la Vraie Vie en Dieu, http://www.pseudomystica.info/tligtheologians_fr.htm

(5) Nihil Obstat and Imprimatur, Joseph IANNUZZI, 13 May 2017, http://www.tlig.org/en/testimonies/churchpos/nihilobstat/

(6) L'évêque qui donna le nihil obstat reconnaît qu'il était conscient d'agir contre les dispositions du droit canonique, juillet 2008, http://www.pseudomystica.info/tlignihilobstat_fr.htm

(7) Est-ce que les messages de la Vraie Vie en Dieu ont reçu le nihil obstat et imprimatur? Maria Laura PIO, juillet 2008, http://www.pseudomystica.info/tlignihilobstat_fr.htm

(8) Frequently Asked Questions about an imprimatur and/or nihil obstat, http://www.catholicdoors.com/faq/qu89.htm

(9) Imprimatur, nihil obstat, imprimi potest, Overblog, 23 juillet 2016, Claude TRICOIRE, http://lectures49.over-blog.com/2016/07/imprimatur-nihil-obstat-imprimi-potest.html

(10) Décisions du C.S. sur les sectes pour Vasoula Ryden et Panagiotis Toulatos, 2001, http://www.pseudomystica.info/tliggreekorthodox_fr.htm

(11) Annonce du Patriarcat de Constantinople au sujet des enseignements de Vassula Ryden, janvier 2011, http://www.pseudomystica.info/tliggreekorthodox_fr.htm

 

Mai 2018:

 

Pourquoi Mgr Argüelles ne pouvait pas donner l'imprimatur aux livres de Vassula, même s'ils circulaient dans son diocèse.

 

Dans un récent entretien, Mgr Felix Toppo réagit à notre article concernant les irrégularités du nihil obstat et de l'imprimatur donnés aux livres de Vassula en 2005. Il affirme que Mgr Argüelles de Lipa (Philippines) avait le droit de donner l'imprimatur à Vassula, parce que le Code de Droit Canon "autorise un évêque à donner l'Imprimatur à un livre qui circule dans son diocèse, bien que l'auteur ne vive pas dans son diocèse" (1). Cependant, Mgr Toppo confond le lieu de l'édition du livre (le domicile de la maison éditrice) avec le lieu de sa distribution ou circulation (dans notre cas à niveau international).

Le canon 824 se réfère à la maison d'édition, comme expliqué par exemple dans le "New Commentary on the Code of Canon Law" de John P. Beal:

L'emplacement détermine la compétence, c'est à dire que la résidence canonique de l'auteur et de l'éditeur déterminent qui seront les Ordinaires locaux que l'on peut solliciter pour examiner le livre en question. Les règles sur le domicile sont contenues dans les canons 102-107. (2)

En outre, le canon 829 précise que "l'approbation ou la permission d'éditer un ouvrage vaut pour le texte original, mais non pour de nouvelles éditions ou des traductions".

L'éditeur de la version anglaise des messages en un seul volume (3) - qui est le texte qui reçut le nihil obstat et où il apparaît pour la première fois - était la English Association of True Life in God basée à Wantage, Oxfordshire, UK (*). Donc, l'Ordinaire local de l'éditeur se trouvait au Royaume Uni et non dans les Philippines. Une fois que le livre est publié, il peut circuler librement, mais l'éditeur reste celui indiqué dans le livre.

Nous nous excusons pour le caractère technique de cette mise au point, rendue nécessaire par le contenu précisément "technique" de l'entretien avec Mgr Toppo. Nous aurions pu faire l'impasse sur ces explications, car l'invalidité de ces autorisations ecclésiastiques est liée au jugement doctrinal négatif sur les écrits de Vassula. Ce jugement avait été rendu publique en 1995 par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et reste toujours en vigueur. Pour plus de détails, voir l'article ci-dessus: Les irrégularités du nihil obstat et imprimatur accordés aux messages de la Vraie Vie en Dieu de Vassula

 

Information concernant les articles publiés sur Pseudomystica

L'entretien réalisé avec Mgr Toppo nous a apporté une publicité inattendue et certainement involontaire de la part de la Vraie Vie en Dieu, mais toujours bienvenue. Cependant, nous en profitons pour préciser ce qui suit:

Chaque article, même s'il n'est pas écrit par un théologien, est soumis avant publication à l'examen critique de théologiens pour d'éventuelles corrections et suggestions.

De plus, Pseudomystica appartient au Gruppo di Ricerca e Informazione Socio-Religiosa (GRIS), une association catholique italienne, dont les statuts sont officiellement reconnus par la Conférence Episcopale Italienne.

  

(*) Précédemment, les livres de Vassula en anglais étaient publiés par Trinitas basée à Independence, Missouri, USA.

Références

(1) TLIG writings officially approved, Père Joseph IANNUZZI, dans True Life in God Newsletter du 3 mai 2018, distribué par e-mail, http://www.tlig.org/en/testimonies/churchpos/nihilobstat/toppo/.

(2) New Commentary on the Code of Canon Law, John P. BEAL, Paulist Press, 2000, p. 979.

(3) True Life in God, Vassula Ryden, English Association of True Life in God, septembre 2006.

 

 

Actualisation juillet 2008:

 

L'évêque qui donna le nihil obstat reconnaît qu'il était conscient d'agir contre les dispositions du droit canonique

Dans un récent entretien filmé mis à disposition en ligne par le site officiel de la Vraie Vie en Dieu, Mgr Felix Toppo confesse son adhésion totale à Vassula Ryden et révèle qu'avant de donner le nihil obstat aux messages de la Vraie Vie en Dieu (VVD), il consulta un fameux expert en droit canonique, lequel lui dit clairement qu'il "ne pouvait pas le faire".

L'évêque de Jamshedpur (Inde) fut l'objet d'un entretien filmé durant le pélérinage de la VVD en Egypte, auquel il participa en avril 2008. L'entretien de 45 minutes fut dirigé par trois prêtres catholiques: les pères John Abberton et Tony Sullivan du Royaume-Uni (conseillers spirituels des associations de la VVD) et le frère Vincent Cosatti de Suisse.

Interrogé au sujet du nihil obstat qu'il avait accordé aux messages de la VVD en 2005, Mgr Felix Toppo précise que c'est Vassula elle-même qui lui a demandé de donner le nihil obstat à ses livres: "Au début, j'ai hésité. Ensuite, je suis allé au Séminaire trouver un fameux expert de droit canonique. Je l'ai consulté. Et il me répondit très clairement que selon le droit canonique, je ne pouvais pas le faire. Alors, je me demandais que faire. Ensuite, je crois que Vassula consulta un autre théologien: René Laurentin. Il répondit que je pouvais le donner sans aucun problème. J'ai encore hésité." Finalement, après avoir beaucoup prié, il décida qu'il ne devait pas "avoir peur", car il n'avait rien trouvé qui soit "contraire aux enseignements de l'Eglise" et que son nihil obstat aurait "aidé l'Eglise universelle".

Mgr Toppo précise aussi que c'est Vassula qui lui a demandé d'être le censeur. En d'autres mots: les livres de la Vraie Vie en Dieu n'ont pas été révisés par le censeur officiel ou indépendant du diocèse de Mgr Argüelles (qui donna l'Imprimatur et est aussi un supporter de Vassula, voir: http://www.pseudomystica.info/tligfaq_fr.htm#philippines), mais par un partisan notoire de sa cause, spécifiquement choisi par elle.

L'entretien complet en anglais pouvait être vu sur le site: http://www.tligvideo.org/toppo.html (site officiel des vidéos de la VVD) jusqu'à fin 2009. Il fut ensuite retiré de ce site. 

 

 

 

Est-ce que les messages de la Vraie Vie en Dieu ont reçu le nihil obstat et imprimatur?

Au cours de l'année 2006, des rumeurs commencèrent à circuler affirmant que les messages de la Vraie Vie en Dieu (VVD) avaient reçu le nihil obstat et l'imprimatur. L'information m'arriva à travers diverses sources. Il semblait que l'organisation de Mme Ryden avait envoyé une communication interne aux coordinateurs de ses associations locales, affirmant qu'à la fin de 2005, les livres de Mme Ryden avaient obtenu un nihil obstat donné par un évêque de l'Inde, et un imprimatur d'un évêque des Philippines. La communication précisait que Vassula voulait maintenir l'information confidentielle et que le nihil obstat et l'imprimatur seraient inclus dans tous les livres de la VVD imprimés ou réimprimés à partir de ce moment-là.

 Bien que je ne doutais pas de la fiabilité de mes sources, je ne pouvais pas publier l'information sans une confirmation officielle. Cette confirmation m'arriva le 27 février 2007 à travers un des sites Internet des 'supporters' de Mme Ryden et c'est officiel: l'édition en anglais des messages de la Vraie Vie en Dieu en un seul volume a été publiée avec le nihil obstat de Mgr Felix Toppo, S.J., DD, évêque de Jamshedpur (Inde), censor librorum, et l'imprimatur de Mgr Ramon C. Arguelles, DD, STL, archevêque de Lipa aux Philippines, datée du 28 novembre 2005. Le livre, qui ressemble à une Bible, inclut la copie d'une lettre écrite par Mgr Toppo et que je recopie ci-dessous:

 onebookout2.gif (37446 bytes) onebookin2.gif (42634 bytes)

 

VRAIE VIE EN DIEU: DIVIN DIALOGUE

J'ai lu tous les livres de la VRAIE VIE EN DIEU et médité leur contenu. Je crois réellement que les livres contiennent le Divin Dialogue de la Sainte Trinité, de Notre Sainte Mère et des Anges avec toute l'humanité au travers de Vassula Rydén. Je n'y ai trouvé aucune objection et rien de contraire à la foi et la morale de l'authentique autorité de l'Eglise. Lire ces livres et méditer leur contenu est un bénéfice spirituel pour tous. Je recommande ces livres à chaque Chrétien.

   Lieu: Gohmuri                                          +Felix Toppo, S.J., DD

Date: 24 novembre 2005                            Ev�que de Jamshedpur, Inde

  

Qu'est-ce que le nihil obstat et l'imprimatur?

Vous trouverez ci-dessous une traduction d'extraits de l'article sur le nihil obstat et l'imprimatur qui avait été publié sur le site "Catholics United for the Faith".  

 Dans l'Eglise Catholique, certains écrits requièrent l'autorisation d'un évêque pour être publiés et utilisés pour l'enseignement catholique. Le nihil obstat et l'imprimatur indiquent qu'une oeuvre a reçu cette autorisation. Cela signifie que, selon le jugement de l'évêque qui donne l'imprimatur, l'oeuvre ne contient rien qui soit contraire à la foi et aux moeurs. Cependant, le nihil obstat et l'imprimatur ne sont pas une recommandation et ne garantissent pas que tous les contenus de l'oeuvre soient vrais.

 Nihil obstat signifie littéralement "aucun empêchement". Il est donné par le censor librorum, une personne qui est "désignée par l'évêque d'un diocèse pour examiner avant leur publication, les écrits ou les oeuvres sur d'autres supports de communication qui sont sujettes à la supervision de l'Eglise.

 Imprimatur signifie "qu'il soit imprimé". Une oeuvre peut recevoir l'imprimatur de l'ordinaire du lieu (généralement l'évêque diocésain) après que le censeur ait donné le nihil obstat.

 Le nihil obstat et l'imprimatur ont été conçus pour s'assurer que les oeuvres qui présentent les enseignements de l'Eglise le fassent correctement. Ils indiquent que l'évêque qui a donné l'imprimatur (ou, en pratique, le censeur duquel il dépend) ne voit rien d'incorrect dans l'oeuvre en ce qui concerne la foi et les moeurs. (...)

Le nihil obstat et l'imprimatur ne sont ni une caution ni une recommandation. Ils n'affirment pas que l'ensemble des contenus de l'oeuvre soient vrais. Le nihil obstat et l'imprimatur n'impliquent pas non plus que le censeur ou l'évêque soient d'accord avec les contenus de l'oeuvre. (...)

 Nous supposons que nos évêques agissent en bonne foi, quand ils donnent l'autorisation pour la publication d'une oeuvre. La plupart vont très loin pour s'assurer qu'aucun imprimatur ne soit donné indûment. Il existe cependant plusieurs raisons pour lesquelles un fidèle catholique pourrait quand même vouloir évaluer soigneusement une publication portant le nihil obstat et l'imprimatur. (...)

 

 

Quelques commentaires et interrogations

 Je ne doute pas de la sincérité de Mgr Toppo et de Mgr Argüelles. Depuis de nombreuses années, ils soutiennent Vassula, l'ont invitée en diverses occasions dans leurs pays pour qu'elle parle aux laïques et aux membres du clergé, et tout cela en dépit de la Notification, qui demande aux évêques de ne pas la promouvoir dans leurs diocèses. Mgr Argüelles a signé l'avant-propos du livret "Clarifications avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi", dans lequel le lecteur est porté à conclure que la Notification ne serait plus valable (pour plus de détails, voir:  www.pseudomystica.info/tligchurchposition_fr.htm)  

 Mgr Toppo écrit dans sa lettre, qu'il croit vraiment que les livres contiennent le Divin Dialogue de la Sainte Trinité, de Notre Sainte Mère et des Anges avec toute l'humanité au travers de Vassula Rydén.. En d'autres mots, il affirme qu'il croit à l'origine surnaturelle des messages. Ceci est son opinion, que nous respectons, mais le nihil obstat et l'imprimatur ne peuvent pas être utilisés pour autoriser ou approuver une révélation privée.

Par conséquent, je me pose les questions suivantes: 

Quel peut être l'objectif d'un nihil obstat et d'un imprimatur donnés par des évêques catholiques à un auteur grec-orthodoxe, qui ne réside pas dans leurs diocèses et qui a été l'objet de mises en garde de la part de l'Eglise Catholique et de l'Eglise Grecque-Orthodoxe concernant précisément le contenu des écrits en question ?

 

Les écrits publiés par Vassula sont une version revue et corrigée des messages qu'elle dit recevoir. Ceci a été rendu public par le Père Pavic, qui obtint des photocopies des cahiers originaux de Vassula avant leur publication et découvrit qu'ils étaient couverts de notes indiquant les passages à enlever et les corrections à apporter au texte. Confrontée sur la question, Vassula a admis posséder deux jeux de cahiers: "Jésus" écrirait ses messages sur les cahiers privés, y compris des messages personnels non-destinés à la publication, et ensuite ré-écrirait ses messages destinés à la publication sur d'autres cahiers. Cependant, ce que le Père Pavic a mis en évidence est que cette opération divine de ré-écriture incluait la correction d'erreurs embarrassantes. De plus, ces corrections ne semblaient pas être le travail exclusif de "Dieu". Par conséquent, si le lecteur a uniquement accès à une version éditée et corrigée des messages originaux, comment peut-il discerner si les écrits sont d'origine surnaturelle ? (Voir l'article du Père Dermine avec les photocopies des messages corrigés: http://www.pseudomystica.info/dermine2_fr.htm )

 

Est-il prudent de donner un nihil obstat et un imprimatur à un livre dont l'auteur apparent affirme que le vrai auteur est Dieu, et que par conséquent le livre contient les "paroles de Dieu"? Que penser de Vassula Ryden qui affirme que quiconque critique ses écrits commet un péché mortel et blasphème contre l'Esprit Saint ? (voir: www.pseudomystica.info/tligmortalsin_fr.htm) et consid�èe toute critique à son égard comme comme une persécution ? 

 

Prenant en considération les circonstances qui ont entouré la concession du nihil obstat et de l’Imprimatur - en particulier le fait que le censor librorum ait été choisi par Mme Ryden parmi ses fidèles, et que ce dernier ait récemment reconnu qu'il était conscient d'agir contre les dispositions du droit canonique -  il me semble évident que le nihil obstat et l'imprimatur sont abusifs. Leur objectif n’est pas de protéger les fidèles contre des doctrines erronées, mais plutôt de faciliter la promotion des livres de Mme Ryden auprès d’un public catholique, en dépit et au mépris des avertissements de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui a émis un jugement doctrinal négatif sur les écrits en question.

Malheureusement, le mal est fait et je ne peux que manifester mon inquiétude face à l'inévitable confusion que cela continuera à alimenter.

 

Maria Laura Pio

Article original en angalis: février 2007

Traduction revisée en français: mai 2010